Jean Paris, peintre (1935-2001)

 

Les parents de Jean Paris tenaient le Grand Bazar, place Germain Pilon. Ses premières œuvres représentent des vues de Loué. Après ses études au Mans, il est devenu professeur d’arts plastiques, et a fait sa carrière à Coutances. En parallèle, il n’a pas cessé de produire des œuvres d’art : peintures avec toutes techniques, collages, assemblages, et d’exposer. Sa femme, Annick, était aussi artiste, et faisait en particulier du macramé.

A son décès, en 2003, elle a fait don des œuvres de Jean Paris à la commune de Loué. La commune a donc en sa possession une soixantaine d’œuvres très diverses. Elles ont été montrées au public lors d’une grande exposition en septembre 2013. Certaines sont visibles en permanence sur les murs du centre culturel, avec des thématiques d’instruments de musique, dans le hall de la mairie, dans la salle des associations, et dans celle du conseil.

 

Albert Chasseray, acteur, sculpteur (1894-1976)

Personnage controversé et original, Albert Chasseray avait bâti, dans les années 60, un parc d’attractions sur les bords de la Vègre. « Il était né à Loué, en 1894, et avait été acteur à Paris. On ne sait pas exactement quand il est revenu vivre à Loué. Il avait loué une maison, aujourd’hui détruite, face au Ricordeau avec sa femme et ses enfants », explique Vincent Gasco, qui poursuit des recherches sur le sujet.

Albert avait acquis un terrain sur la rive gauche de la Vègre, route de Saint-Ouen, et construit une maison, avec une terrasse. Il avait baptisé le lieu Le moulin joyeux, et entrepris d’aménager le terrain.

« Il y avait un grand dragon qui devait cracher dans la rivière, ce qui lui créait des soucis avec son voisin d’en face. On montait dans le dragon, puis on arrivait sur une plateforme. On passait entre les jambes du Don Quichotte. »

Pierre Bonte avait fait un reportage télévisé sur Albert Chasseray dans l’émission Le petit rapporteur.

http://www.art-insolite.com/pageinsolites/insochasseray.htm

Albert Chasseray dans les années 70.                                                                                   Le Don Quichotte.

 

François Reichenbach, cinéaste (1921-1993)

Spécialisé dans le documentaire, il a réalisé à Loué en un film de 47 minutes intitulé La douceur du village. Ce film a reçu le grand prix du court métrage à Cannes en 1964.

Chris Marker, réalisateur et écrivain, aurait travaillé au montage du film.

Ici, au festival de Cannes, le 12 mai 1964, François Reichenbach parle de son film : http://www.ina.fr/video/I06142665

Un bâtiment de la commune de Loué porte le nom de François Reichenbach.